déc 182010
 


Cela fait quelque temps maintenant que je suis revenue de mon séjour au Japon sur l’île de Shikoku mais je souhaitais expliquer comment nous avions préparé notre voyage.

Pour la préparation et l’organisation du séjour, j’ai trouvé un site très complet en anglais pour les informations touristiques et pratiques : www.japan-guide.com et des sites internet plus spécifiques concernant Shikoku : www.tourismshikoku.org et www.awanavi.jp.

  • Un programme de voyage itinérant

Nous avons voulu visiter plusieurs villes de Shikoku et nous avions  donc organisé notre programme de la manière suivante :

Note : en cliquant sur la date, vous accédez à l’article détaillant la journée concernée.

Mardi 12 octobre au soir : arrivée à Takamatsu

Mercredi 13 octobre : Takamatsu – Ritsurin Koen et Ogijima avec le Setouchi International Art Festival

Jeudi 14 octobre : Takamatsu – Yashima

Vendredi 15 octobre : Kotohira

Samedi 16 octobre : voyage en train de Takamatsu à Naruto – les tourbillons de Naruto – voyage en train de Naruto à Tokushima – soirée à l’Awa odori kaikan

Dimanche 17 octobre : Tokushima – spectacle de marionnettes à l’Awa Jûrobei Ashiki – voyage en train de Tokushima à Matsuyama

Lundi 18 octobre : Matsuyama – le château, des temples et les Dogo onsen.

Mardi 19 octobre : Matsuyama – voyage en train de Matsuyama à Takamatsu

Mercredi 20 octobre : départ de Takamatsu pour Paris

  • Le transport : l’avion et le train

Avec ma camarade de voyage, nous avions le projet de visiter le Japon et suite à la Japan Expo en juillet 2010, mon amie a eu la bonne surprise de se voir offrir le billet aller-retour Paris-Takamatsu avec la compagnie Asiana Airlines par le biais de l’association Shikoku muchujin. Pour ma part, j’ai dû acheter le billet d’avion dont le prix est inclus dans les dépenses induites par ce séjour d’un peu plus d’une semaine à Shikoku.

Nous avons été à peu près sûres de nos dates à Shikoku vers le début du mois de septembre ce qui fait que pour un séjour prévu en octobre, je n’ai pas forcément eu le billet d’avion le moins cher entre Paris et Takamatsu. Au début, j’avais essayé de trouver un tarif intéressant via les sites internet comme govoyages, opodo, etc… Cependant, la recherche Paris-Takamatsu sur ces sites ne me proposait pas le trajet par Asiana Airlines via Séoul. J’ai donc appelé directement l’agence d’Asiana Airlines à Paris pour faire ma réservation. Finalement, pour le trajet Paris-Takamatsu via Séoul, j’ai acheté mon billet aller-retour 1100 euros sachant que si je m’y étais prise plus à l’avance, j’aurais obtenu un tarif  plus intéressant pour l’aller avec un billet aller-retour à 850 euros.

Comme nous avions prévu de nous déplacer sur l’île, le second budget de transport concernait le train. Nous avions comparé les tarifs entre les billets de train simples et les pass disponibles. Nous avons finalement choisi une option mixte entre le pass 3 jours de Shikoku (15 700 yens – 140 euros) et un billet simple (6500 yens  – 60 euros) pour le dernier trajet. Les différents tarifs  sont expliqués et disponibles  ici sur japan-guide.com pour les billets de train ainsi qu’un mode d’emploi pour les déplacements en train au Japon ici. Par ailleurs, nous avons utilisé  Jorudan Co pour consulter les horaires de train.

A Takamatsu, nous avons circulé avec le train local pour rejoindre en particulier Yashima et Kotohira. Il faut acheter son ticket à une machine automatique avant l’accès au train. Un tableau donne le tarif à partir de la gare jusqu’aux différentes gares sur les lignes locales desservant Takamatsu.

  • L’hébergement

Nous avons privilégié les hôtels dans une gamme de prix entre 50 et 80 euros, proche du  centre d’activité (restaurants, etc…) à Takamatsu et de la gare centrale  ailleurs avec une préférence  pour les hôtels avec des chambres à la japonaise.

Nous avons effectué nos réservations via deux sites internet qui permettent d’affiner la recherche sur le prix, l’emplacement, le type de chambre : www.itcj.jp et www.japanican.com.

  • Le téléphone portable

Nous nous sommes également posé la question de la compatibilité de nos téléphones  portables français avec le réseau japonais, compatibilité qui n’apparaissait pas forcément assurée. Par ailleurs, le prix de la communication pouvait se révéler élevé. Nous avons donc choisi de louer un téléphone portable via le site www.rentafonejapan.com.

J’ai trouvé leur service très intéressant du point de vue qualité-prix. Nous avons réservé nos téléphones quelques semaines avant le départ en donnant l’adresse de notre premier hôtel où devaient nous être livrés les téléphones. L’agence nous a envoyé par mail le numéro ainsi que l’adresse mail du téléphone une semaine avant notre départ. Le renvoi du téléphone à l’agence se fait sans souci : il suffit de ranger le téléphone dans l’enveloppe timbrée fournie et hop ! dans la boîte aux lettres partie « équipements électroniques » à l’aéroport.

Pour ma part, j’ai assez peu utilisé le crédit de communication téléphonique et j’ai privilégié l’envoi de mails gratuits après l’activation de la fonction mail pour la modique somme de  300 yens (3 euros), surtout qu’avec la fonction caméra du téléphone, j’ai pu envoyer quotidiennement à mes amis en France quelques instants filmés durant notre séjour. La location du téléphone coûtait 3900 yens (35 euros) pour une semaine et 300 yens par jour supplémentaire.

  • Les guides de voyage

Je l’avoue, je suis une inconditionnelle du Lonely Planet à la fois pour les adresses de restaurants et bars et les informations culturelles et touristiques. Donc pour Shikoku, je suis partie avec le pavé sur le Japon de Lonely Planet.

Pour la première fois en voyage, j’ai emporté un guide de conversation : celui du Lonely Planet, très bien fait pour les différentes rubriques ainsi que les sujets abordés. Qui n’a pas rêvé d’entamer une conversation romantique en japonais, son guide de conversation à la main tout en cherchant la page pour commander des boissons au bar? Un autre guide plus synthétique est le « vocabulaire pratique du voyageur au Japon » édité par l’office national du tourisme japonais.

  • Se restaurer

Il faut vraiment être difficile pour ne pas arriver à se restaurer au Japon. Lorsque l’on a une petite soif, on trouve des distributeurs de boisson dans les endroits les plus improbables, quelquefois ils sont savamment cachés.

Ensuite, en ville, les restaurants de toutes sortes et de toutes tailles abondent et on peut très bien manger à midi et le soir sans se ruiner. Dans notre budget, à part notre « extravagante » soirée à 3000 yens (27 euros) chez le sushiman, nous avons beaucoup consommé de soupes aux udon avec un budget autour de 1000 yens (9 euros) boisson incluse par repas.

  • Autres informations pratiques

Je vous renvoie vers les pages concernées du site de japan-guide.com pour les rubriques suivantes.

- l’argent (rubrique budget de japan-guide.com) : à Shikoku, nous avons rarement pu utiliser notre carte bancaire, sauf pour l’achat du pass et du billet de train. Il vaut mieux emporter des espèces en tenant compte du budget de voyage prévu sachant qu’il est difficile de retirer de l’argent avec une carte bancaire internationale sauf dans les bureaux de poste. Pour notre séjour, le budget par personne sans compter le billet d’avion a été de 1500 euros environ.

- les consignes à bagages (rubrique bagages de japan-guide.com) : elles peuvent être très utiles surtout lorsqu’on voyage en itinérant.

- les bus (rubriques bus de japan-guide.com) : le paiement du trajet en bus ou en tram (Matsuyama) se fait différemment au Japon. Lorsqu’on monte dans le bus, on prend un ticket qui indique la zone à partir de laquelle on est monté. Un panneau à l’avant du bus près du conducteur indique suivant votre zone de départ, la somme pour le trajet que vous payez ensuite en descendant du bus. Une machine à sous se trouve près du chauffeur de bus : il faut mettre le montant exact en monnaie sonnante et trébuchante mais la machine à sous vous permet de faire la monnaie.

- l’adaptateur électrique (rubrique électricité de japan-guide.com) : il ne faut pas oublier également d’emporter un adaptateur de prise électrique mais il n’est pas nécessaire d’avoir un adaptateur-transformateur car les équipements électriques européens supportent bien le voltage japonais.

 

Related Posts SliderAutres articles
4 – Des tourbillons et de la danse (Shikoku 四国 16 octobre 2010)
La journée commence par notre voyage de Takamatsu à Naruto, ce qui nous a permis de goûter aux joies du train et du bus. Nous avons remarqué que dans le ...
lire la suite
5 – Un dimanche au soleil (Shikoku 四国 17 octobre 2010)
Ce dimanche matin a été consacré à un autre type de spectacle traditionnel japonais, le théâtre de marionnettes Awa dont nous avons vu une représentation à l'Awa Jûrobei Ashiki. Nous ...
lire la suite
0 – En route vers Takamatsu (Shikoku 四国 12 octobre 2010)
Mon premier séjour au Japon est le fruit d'un coup de chance d'une amie qui a gagné un voyage pour l'île de Shikoku au Japon. Ce séjour commence par le ...
lire la suite
7 – Dernière journée (Shikoku 四国 19 octobre 2010)
Notre dernière journée à Matsuyama et sur l'île de Shikoku s'est déroulée tranquillement. Après un séjour si agréable, il aurait été dommage de céder au stress avant le retour. Nous avons ...
lire la suite
3 – Aux environs de Takamatsu (Shikoku 四国 15 octobre 2010)
Après la visite du temple de Yashima qui fait partie du pèlerinage des 88 temples de Shikoku, nous avons décidé de monter les 1368 marches qui mènent au temple de ...
lire la suite
4 – Des tourbillons et de la danse
5 – Un dimanche au soleil (Shikoku 四国
0 – En route vers Takamatsu (Shikoku 四国
7 – Dernière journée (Shikoku 四国 19 octobre
3 – Aux environs de Takamatsu (Shikoku 四国

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>