La magie du rêve avec Joe Hisaishi au Zénith de Paris


Je savais depuis la mi-mai que Joe Hisaishi donnait un concert pour les victimes du tsunami au Japon. Cependant, avec toutes mes activités des derniers temps, je l’avais un peu oublié jusqu’à la veille où je me rappelai enfin qu’il se donnait le 23 juin. Mais le concert était complet depuis quelque temps déjà. J’ai tout de même eu la chance de trouver un billet grâce à une annonce sur internet le jour même. Je récupérais mon billet quelques minutes avant le début du concert mais comme le placement du public a été un peu long, je rejoignais mon siège juste avec les premières notes de « Nausicaä« . Pour le public, principalement de fans de Joe Hisaishi et pour moi, la magie du rêve commençait.

L’ambiance ne correspondait pas à celle d’un concert classique : il ne s’agissait pas du même public, l’orchestre et le choeur étaient sonorisés. La sonorisation avait été bien équilibrée car dans un des morceaux de la fin, les cordes n’ont plus eu de retour son pendant une minute mais leur re-sonorisation ne s’est pas entendue de manière violente. La soprano soliste, Hélène Bernardy, n’a pas déparé dans ce concert car elle a allégé son registre habituel du répertoire wagnérien, même si les voix qui chantent les oeuvres de Joe Hisaishi au disque sont plus légères.

Le programme comportait les œuvres les plus connues de Joe Hisaishi, composées pour les deux maîtres japonais, Hayao Miyazaki et Takeshi Kitano. Sauf pour Kitano, les spectateurs pouvaient voir des extraits de films projetés sur grand écran avec la bande originale associée jouée en direct. Cependant, même une fan comme moi a découvert d’autres pièces du compositeur comme la BO de « Let’s the bullets fly » et  » The sun also rises » de Jiang Wen et sa dernière musique de film pour « Akunin ». Les projections m’ont donné envie de découvrir les films de Jiang Wen, westerns asiatiques.

Joe Hisaishi, le Star Pop orchestra et les chœurs nous ont transporté dans les paysages oniriques de la vallée du vent avec Nausicaä. Les cordes se sont bien amusées dans les pizzicatti de « Summer ». Pour ma part, j’ai eu des frissons pour le coup de taiko lugubre qui ouvre « Mononoke Hime« , les premières notes égrénées au piano par Joe Hisaishi de « One summer’s day » du « voyage de Chihiro ». J’ai adoré toutes les œuvres jouées, chacune avec son caractère propre.

L’orchestre a accompagné Hélène Bernardy sur le thème « Your story » d’ »Akunin » qui rappelle « Et maintenant » de Gilbert Bécaud. Les paroles de la chanson donnaient une couleur triste et pleine d’espoir également aux images sur les habitants de la région dévastée par le tsunami. Bien sûr, l’apothéose de la soirée tant attendue fut le dernier bis avec « Tonari non Totoro » dont le public a chaleureusement applaudi les premières notes du thème.

Sur la page web dédiée à ce concert, Joe Hisaishi souhaite que les fonds collectés pour ce concert soient reversés afin que les jeunes Japonais, victimes du tsunami, puissent retrouver des instruments de musique et à nouveau en jouer. J’espère avoir participé un petit peu à un espoir musical dans le nord du Japon.

Joe Hisaishi (direction) – Star Pop orchestra – Hélène Bernardy (soprano) – choeurs COGE, TF Gospel, CHAM de Saint Maur
Nausicaä – Princesse Mononoke – Le mécano de la <General>, mvt. 1 et 5 – Raging men – Hana-bi – Kids return, Let’s the bullet fly et The sun also rises
Merry-go-round – Departures – One Summer’s day – Summer – Akunin – Ponyo sur la falaise
Bis : Princesse Mononoke, Ashitaka et San – Tonari no totoro

 

Related Posts SliderAutres articles
Les tambours de Yamato font résonner les coeurs au Casino de Paris
Ce concert de tambours taiko de Yamato devait être un avant-goût de notre voyage pour Tokyo début avril. Cependant suite au tremblement de terre et au tsunami qui l'a suivi, ...
lire la suite
Instants de vie avec l’orchestre national de France dans Mahler
En voyage, j'essaie de découvrir des lieux de concert comme la Philharmonie de Luxembourg. A Paris, je vais écouter des amis jouer en concert et le concert "Heros perdus" avec ...
lire la suite
Les Fleurs Noires et Sandra Rumolino - Salida de emergencia
100driine nous a donné du fil à retordre ce mois-ci avec le thème de la photo du mois : "mon rêve serait...". Comment prendre en photo un rêve que l'on ...
lire la suite
Tangopostale avec le vent de folie d’Astillero
J'attendais avec impatience de descendre à Toulouse depuis que mes sœurs m'avaient annoncé jouer avec l'un des grands groupes argentins de tango actuel, Astillero. J'ai donc profité pendant une journée ...
lire la suite
« Salida de emergencia » avec les Fleurs Noires : du tango à mettre entre toutes les oreilles
Les Fleurs Noires et la superbe Sandra Rumolino se sont produites au Studio de l'Ermitage à Paris dans le cadre de Buenos Aires sur Scène à l'occasion de la sortie ...
lire la suite
Les tambours de Yamato font résonner les coeurs
Instants de vie avec l’orchestre national de France
La photo du mois de février : « mon
Tangopostale avec le vent de folie d’Astillero
« Salida de emergencia » avec les Fleurs Noires :

À propos de leviacarmina

Bienvenu(e) sur mon blog. Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser un commentaire.
Ce contenu a été publié dans concerts, Japon, musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Poster un commentaire